Message à Monsieur KABAROUKA Président de la BAD

Analyses/Economie

Alors que la BAD quitte la Tunisie, j’ai voulu faire part du témoignage d’un ancien haut responsable qui représentait la Tunisie au moment  de l’élection de Monsieur Kabérouka à la présidence de la BAD, afin de rappeler à ce dernier le rôle qu’a joué la Tunisie pour qu’il soit porté à la tête de cette institution financière de renommée internationale. Non,  la Tunisie n’est pas seulement le pays qui a abrité neuf ans durant le BAD, elle est également celle qui a développé un important volume de transactions et honoré tous ses engagements depuis la création de cette institution. Pour vous Monsieur Kabérouka le rôle de la Tunisie a été déterminant pour votre accès à la présidence de cette prestigieuse institution, vous vous rappelez certainement la bataille féroce   menée à ABUJA lorsque le Nigéria usait de tout son poids pour porter son candidat à ce poste; le système d’élection compliqué de la BAD et les tours de votes successifs avaient fait en sorte que l’avis des pays de l’Afrique du Nord, Egypte compris, était devenu déterminant. La Tunisie avait alors usé de toute son audience pour éviter un vote en votre défaveur et au bénéfice du candidat Nigérien alors que la réunion était au Nigéria même. Le soutien d’amis de la Tunisie comme le Docteur Farouk Okda gouverneur d’Egypte, de Farhat Ben Gdara alors vice gouverneur de Libye, et d’autres responsables d’Afrique du Nord était déterminant. Vous vous rappelez de cette réunion à laquelle vous avez été conviée  à un hôtel à ABUJA par le représentant de la Tunisie pour vous signifier le soutien du gouvernement Tunisien et sa détermination à ne ménager aucun effort pour appuyer votre candidature. Vous vous souvenez enfin de cet appel du pied du vice gouverneur de la Banque Centrale de Libye Farhat Ben Gdara qui proposa après plusieurs tours de vote successifs  d’arrêter le processus à Abuja, de laisser l’assemblée ouverte et de  reprendre ses travaux à Tunis où vous avez été élu.la Tunisie en tant que pays hôte n’a pas hésité un instant pour accepter la proposition avancée par le vice gouverneur de la Banque Centrale de Libye; en réalité c’était une proposition tuniso-libyenne programmée à l’avance.

Pour tout cela vous devez aider la Tunisie pour le temps qui vous reste à la tête de cette institution d’autant que la Tunisie vit aujourd’hui une transition difficile.