L'actualité où vous êtes

La gouvernance à la Banque Nationale Agricole (BNA)  le système mystérieux.

A La Une/Economie/Tunisie

La gouvernance à la BNA : c’est le secret et le sacret des recommandations de la mission de Full Audit pour sauver l’effondrement de tous les indicateurs financiers de cette banque, mais si on creuse un peu là ou il faut, la réponse serait simple puisque personne n’ignore que la BNA revienne à trois personnes « responsables » qui partagent de l’influence à travers tout le circuit. Trois « responsables » se voient propriétaires de la banque, la ferme du laisser aller et du refus de la réforme.

La première personne « responsable » détient la mise en place du fameux système d’information de la banque, ce bâton magique qui va amener la BNA à la planète des banques privées de la place. Un système qui a couté à la banque outre la patience de l’énergie des Millions de Dinars sans pour autant voir le jour. Un faux calcul qui a exigé à la banque un plan de restructuration rigoureux.
La deuxième personne « responsable » en train de confectionner des textes, des règles de gestion des sur mesures pour encadrer le travail de la banque selon bien sûre le degré d’importance qu’elle se voit sans pour autant oublier de se sympathiser au clan le plus proche.
La troisième personne « responsable » planifie la stratégie de la banque à travers la surveillance et la gestion de ses risques, pourtant elle n’a rien à voir ni avec le risque ni à avec sa gestion. Sa nomination n’a été que le fruit d’un lien de parenté avec Mr le PDG et n’a pu donner naissance qu’à un pouvoir de création des tensions avec le personnel d’un pouvoir de freinage du rythme décisionnel de la banque et même des retards qui lui incombent vis-à-vis des autorités de tutelle camouflés par le show d’une personne « responsable » qui n’arrive jamais à finaliser ses tâches, sans se demander ou sont les vrais compétences de la banque qui ont été à un moment donnée une source d’ »exportation » au profit des banques privées.

Si le Ministère a choisi belle et bien d’assainir la Banque Nationale Agricole (BNA) à travers le changement de son PDG et c’est la honte d’ailleurs pour lui de présenter sa candidature, elle devrait aller jusqu’à la fin de la chaîne pour miser sur les compétences réelles de la banque et rendre le business plan attendu concevable et réalisable.

آخر المقالات - A La Une

إذهب الى الفوق