L'actualité où vous êtes

tunisie

La Tunisie implore la Belgique de ramener ses touristes

La Revue Medias/Tunisie

L’ambassadeur tunisien s’adresse à Didier Reynders pour rétablir un avis de voyage positif vers son pays.

Le tourisme est un des moteurs de l’économie tunisienne, représentant pas moins de 7 % de son PIB. Le printemps arabe, en 2011, fut un premier coup dur, mais ce sont surtout les attentats contre le musée du Bardo et sur une plage de Sousse qui ont porté un coup fatal à l’industrie touristique.

Près de 500.000 emplois en dépendent, ce qui représente environ 12 % des emplois de la population active. Depuis un an, la majorité de ces personnes ont été contraintes au chômage technique. La reprise s’est amorcée très lentement ces derniers jours, suite à la levée de l’avis négatif émis par certains pays.

Cette semaine, le ministère du Tourisme a indiqué que les commissariats régionaux du tourisme ont enregistré la réouverture de 58 sites hôteliers d’une capacité additionnelle de 29.000 lits, notamment dans les zones touristiques de Sousse, Djerba, Monastir et Hammamet-Nabeul. Mais l’ensemble des marchés n’ont pas encore répondu favorablement à la demande de réviser leur avis de voyage négatif pour permettre à leurs ressortissants de partir à nouveau vers la Tunisie.

La Tunisie ne ménage en effet pas ses efforts pour offrir toutes les garanties de sécurité aux vacanciers. Depuis la tuerie de Sousse, la sécurité des établissements hôteliers tunisiens est devenue une priorité de tout premier ordre : 72 nouveaux postes de police ont été installés dans les zones touristiques du pays et 1.500 nouveaux agents de la sécurité sont désormais opérationnels sur le terrain…

En Belgique , aucun signe de reprise n’est cependant envisagé à court terme, ce qui a incité l’ambassadeur tunisien en poste à Bruxelles à s’adresser directement à Didier Reynders pour qu’il se penche sur la question. Au travers d’un courrier solennel, il en implore presque notre ministre des Affaires étrangères (voir ci-dessous).

Pour l’ambassadeur, il n’y a actuellement plus de raison de déconseiller les voyages en Tunisie. La Russie et certains pays d’Europe centrale semblent en effet retrouver le chemin des plages tunisiennes, même si leur contingent est encore loin d’atteindre le niveau d’avant les attentats.

En attendant les Belges ? Cela ne semble pas à l’ordre du jour dans l’immédiat, même si les vacanciers belges sont très friands de la destination. Au mieux seront-ils de retour cet hiver…

La lettre du ministre tunisien

L’ambassadeur en poste à Bruxelles assure que la sécurité est à nouveau garantie.

« Monsieur le Ministre, le 26 juin 2015, l’attentat terroriste de Sousse amenait la Belgique et plusieurs autres pays à émettre un avis selon lequel tous les voyages non-essentiels vers la Tunisie étaient déconseillés. Un an plus tard, cet avis négatif reste de mise, avec pour conséquence que les tour-opérateurs ont annulé tous leurs programmes sur la Tunisie, les compagnies d’assurance se refusant à couvrir leurs clients, de même que les hommes d’affaires ne peuvent plus s’y rendre qu’à leurs risques et périls. Depuis lors, Bruxelles a été la cible de deux attentats meurtriers et le plus haut niveau d’alerte a été décrété en Belgique, sans que les autorités tunisiennes, qui y auraient pourtant été fondées, découragent leurs propres ressortissants de s’y rendre. En revanche, pour sa part, la Tunisie, avec l’appui de plusieurs pays européens, a entre-temps mis en place des mesures de sécurité sans précédent, qui font que les hôtels, plages, musées et autres lieux publics sont aujourd’hui sécurisés autant qu’ils peuvent l’être. Vous avez, monsieur le ministre, manifesté à de nombreuses reprises votre solidarité avec le peuple tunisien et votre soutien à la jeune démocratie tunisienne. Or celle-ci souffre d’une décision injustifiée, et injuste, que la Belgique reste seule à appliquer en Europe continentale, qui prive la Tunisie de ressources essentielles et cause un préjudice grave à son tourisme et à son économie tout entière. C’est pourquoi les soussignés vous conjurent, monsieur le ministre, de reconsidérer votre appréciation de la situation sécuritaire en Tunisie, de sorte que les Belges puissent à nouveau se rendre dans un pays qui leur est cher. »

« Il faudra du temps »

Du côté des tour-opérateurs, la saison estivale bat son plein avec la première vague de grands départs attendue ce week-end. D’autres destinations, comme la Bulgarie, ont séduit les touristes empêchés de s’envoler vers les plages tunisiennes. « Pour le moment, nous n’avons plus de représentants là-bas. Tous les rapatriements ont été effectués après l’attentat de Sousse » , explique Florence Bruyère, porte-parole de Jetair. « Nous demeurons bien entendu attentifs à la situation et dans l’attente d’un avis favorable du ministère des Affaires étrangères pour repartir en Tunisie. Mais dans l’état actuel, il est difficile de prédire quand nous pourrons à nouveau acheminer des touristes vers cette destination. »

Ce qui est sûr, c’est que ce ne sera pas cet été. « Bien sûr, nous pourrions redémarrer assez rapidement en cas de modification de l’avis des Affaires étrangères, mais cela ne se fera pas en deux semaines non plus. Pour cet été, toute notre capacité de vols est affectée vers d’autres destinations. Et nous sommes même en phase de finalisation de nos brochures d’hiver, dans lesquelles ne figure pas la Tunisie. Cela ne veut pas dire que si la situation se décante, nous ne volerons pas vers la Tunisie cet hiver, mais nous ne l’envisageons pas pour le moment. »

Pour autant , Jetair reconnaît qu’il s’agit d’une destination qui jouissait d’un attrait majeur pour les vacanciers belges. « Chaque année, tant en été qu’en hiver, la Tunisie se classait parmi les quatre destinations favorites. Mais les événements qui s’y sont produits ont peut-être changé les habitudes. Il faudra donc voir aussi comment les gens réagiront. Ce qui est sûr, c’est que dès que nous aurons le feu vert, nous activerons d’importantes promotions pour relancer la destination. »

source : lalibre.be

آخر المقالات - La Revue Medias

إذهب الى الفوق