L'actualité où vous êtes

Category archive

A La Une - page 2210

Tunisie Telegraph : l'actualité tunisienne, politique, économie, culture, internationale et communiqués

تونس تكشف عن مشروع مستشفى عملاق على شكل سفينة شراعية

in A La Une/Economie/Tunisie by

يعتبر البعض أن دخول المستشفى يوازي دخول السجن، غير أن مليارديراً روسياً أراد تغيير هذا المفهوم عبر بناء مستشفى مستوحى من تصميم شكل السفينة الشرعية ينقل المرضى إلى رحلة بحرية ممتعة

وبحسب صحيفة دايلي ميل البريطانية، وظف الملياردير الروسي فاسيلي كليوكن المقيم في موناكو خبراته في الهندسة المعمارية لتحقيق حلمه بتصميم منتجع طبي على شكل سفينة شراعية ضخمة في تونس

وحرص كليوكن على إنشاء مستشفى يشعر فيها المرضى بالراحة النفسية والفرح بدلاً من تجارب الخوف التي يعيشها المرضى لدى إقامتهم للمستشفيات، وذلك ليس من خلال التصميم الخارجي للمستشفى بل حتى بلباس الأطباء الذي سيكون مشابهاً لزي البحارة وربان السفينة

وستشارك نحو 50 جهة مانحة و30 دولة في هذا المشروع الذي يبلغ تكلفته 30 مليار جنيه إسترليني، أي ما يقارب 50 مليار دولار، وسيمتد المشروع على 55 ميل مربع في مدينة تونس الاقتصادية الجديدة التي تشكل موقعاً استراتيجياً في قلب البحر الأبيض المتوسط

Tunisie-Banques- UBCI-BNP Paribas l’AGO aux calendes grecques

in A La Une/Economie/La Revue Medias/Tunisie by

Le dossier de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de l’Union bancaire pour le commerce et l’industrie (UBCI) demeure entre les mains de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Selon nos sources, les discussions se poursuivent et l’enquête lancée par la BCT concernant les différentes conventions signées par l’UBCI avec sa banque-mère BNP Paribas n’est pas encore terminée.

De ce fait, la fixation de la date de la tenue de l’AGO de l’UBCI prendra encore plus du temps, estime notre interlocuteur.

Pour la petite histoire, les dites conventions qui permettaient au BNP Paribas de rapatrier chaque année des millions de dinars au titre d’actions d’assistance diverses, ont été dénoncées depuis l’année dernière par certains actionnaires mais aussi par des
administrateurs tunisiens.

Bien avant tout cela, Mohsen Sallami (détenant 7% du capital de l’UBCI) a porté plainte contre la direction générale de l’UBCI pour falsification et abus de biens
sociaux. Tous ces développements ont, par conséquent, amené le dossier entre les mains de la BCT.

Rédaction Financial Afrik

كتيبة عقبة بن نافع تتوعد التونسيين بأنهم لن 'يفرحوا' بالانتخابات

in A La Une/Exclusif/Tunisie by

توعدت كتيبة عقبة بن نافع الارهابية التونسيين بأنها « لن تسمح بالوصول إلى فترة الانتخابات » الرئاسية والبرلمانية مؤكدة أن « خلاياها المنتشرة في المدن تنتظر ساعة الصفر لتنفيذ الأوامر »، في وقت ارتفع فيه منسوب توقعات الأجهزة الأمنية التونسية بأن يشن تنظيم « الدولة الإسلامية » سلسلة من الهجمات الإرهابية القوية خلال الفترة القادمة لإجهاض الانتخابات الرئاسية والبرلمانية

وقالت كتيبة عقبة بن نافع في بيان على موقعها الرسمي إن « خلايانا مزروعة في كل مكان، ويعدون للمفاجآت نصرة لدولة الخلافة الإسلامية في التصدي للحرب الكفريّة »

وأضافت بأنها « لن تسمح بوقوع الانتخابات في الفترة القادمة » مهددة بـ »القيام بعمليات إرهابية خلال الاستحقاق الانتخابي » الذي ستشهده تونس في أواخر شهر أكتوبر. وقالت إنها « تملك معسكرات لتدريب الجهاديين داخل المدن التونسية وهم الذين سينفذون الهجمات »

Standard & Poor’s Le secteur bancaire tunisien reste dans le groupe 8

in A La Une/Economie/Tunisie by

Standard & Poor’s a publié, lundi 29 septembre, une mise à jour détaillée de son opinion sur le secteur bancaire Tunisien.

“Nous confirmons le secteur bancaire Tunisien pour son Banking Industry Country Risk Assessment (BICRA) dans le groupe 8.Notre évaluation des risques de l’économie et liés à l’industrie bancaire Tunisienne reste inchangée, se situant au même niveau entre autres que le Kazakhstan, le Nigeria, le Liban et la Géorgie.”

Telles sont les conclusions de l’agence S&P au terme de son évaluation du secteur bancaire tunisien.

L’analyse de l’environnement macroéconomique constitue le point de départ de l’élaboration de la note d’une banque. Afin de permettre cette analyse, Standard & Poor’s a mis en place une méthodologie spécifique, le BICRA, ayant une échelle allant du groupe 1 au groupe 10. Le groupe 1 étant le système bancaire présentant le moins de risque.

Parmi les facteurs du secteur bancaire Tunisien, S&P constate les points suivants :

Forces
· L’économie tunisienne est relativement diversifiée.
· Efforts tangibles de la part des acteurs politiques pour parvenir à un consensus sur la transition politique.
· L’endettement du secteur privé reste modéré.

Faiblesses
· Le risque politique reste élevé.
· Les perspectives modérées de croissance économique exacerbent d’importants déficits jumeaux.
· La qualité des actifs est faible.
· Les banques font face à une vive concurrence dans une industrie fragmentée.
· Les dépôts de la clientèle sont insuffisants pour refinancer les prêts bancaires.

 

A propos de la notation des banques
Pour évaluer la qualité de crédit des banques, Standard & Poor’s retient six facteurs :
· Les deux premiers facteurs sont d’ordre macroéconomique : il s’agit des risques de l’économie et des risques liés à l’industrie bancaire du ou des pays dans lequel(s) opère(nt) une banque.
· Quatre facteurs d’ordre microéconomique sont ensuite pris en compte : il s’agit de facteurs de notation propres à la banque à savoir son profil d’activité, capital et rentabilité, profil de risque, financement et liquidité.
Une fois ces facteurs pris en compte dans l’élaboration de la note, le soutien externe éventuel de l’Etat, du groupe auquel appartient la banque ou de son actionnaire, peut être intégré à la note finale.

Rédaction Financial Afrik

Comptes bancaires Campagne des élections législatives 2014

in A La Une/Economie/Tunisie by

Suite à la publication de la circulaire aux banques n°2014-08 relative à l’ouverture des comptes bancaires au titre de la campagne électorale pour les listes des candidats aux élections législatives, la Banque Centrale appelle les banques à déclarer et à se renseigner via le Système d’Echange de Données de la BCT (SED), et qu’à partir du 29 septembre 2014 (date de publication du communiqué), la banque déclarante assume toute responsabilité relative aux données déclarées.

Sur les infrastructures, le FMI moins allergique à la dépense publique

in A La Une/Economie/International/La Revue Medias by

(AFP) /  Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement écorné son dogme de l’orthodoxie budgétaire en appelant les Etats à augmenter leurs dépenses publiques pour financer des projets d’infrastructure (transports, énergie…), selon un rapport publié mardi.

« C’est le bon moment pour donner un coup d’accélérateur sur les infrastructures », écrit le FMI dans ce rapport publié en prélude à ses nouvelles projections économiques dévoilées la semaine prochaine.

Le Fonds, pourtant allergique au gonflement de la dépense, prend même soin de préciser que ce coup de pouce sera plus efficace s’il est financé par la dette publique, notamment dans les pays riches où les besoins seraient les plus criants (Etats-Unis et Allemagne).

« Des éléments venant des économies avancées suggèrent que les investissements publics ont plus d’effets sur la production quand ils sont financés par la dette que quand ils sont financés par une hausse des impôts ou une baisse d’autres dépenses », écrit le FMI.

Selon ses projections, une hausse des dépenses d’investissement équivalant à 1% du produit intérieur brut (PIB) dans les économies avancées augmentera la richesse produite dans ces pays de 0,4% dès la première année et de 1,5% quatre ans.

L’effet pourrait être tout aussi bénéfique dans certains pays émergents (Brésil, Inde, Russie…) où la « saturation des infrastructures » a déjà été identifiée comme un « frein à la croissance à court terme ».

Profitant par ailleurs des taux d’intérêts bas dans les pays riches et du faible coût de l’emprunt, la hausse des investissements pourrait par ailleurs être sans conséquences néfastes sur les finances publiques, indique le rapport.

« Le coup d’accélérateur dont un pays bénéficie grâce à une hausse de ses investissements dans les infrastructures publiques contrebalance la hausse de la dette », écrit-il, assurant que le ratio dette/PIB restera stable.

Certaines conditions doivent toutefois être respectées, prévient le Fonds.

Selon le rapport, la hausse des dépenses aura ainsi plus de sens dans un pays où les capacités économiques sont « sous-utilisées » et où la banque centrale pratique une politique monétaire très accommodante.

Si l’investissement s’avère « inefficace », son coût pour les finances publiques sera également davantage sujet à caution, met en garde le FMI.

« En choisissant leurs projets d’infrastructure, les gouvernements devront prudemment soupeser les résultats sociaux plus généraux en tenant compte des coûts de financement et des conséquences budgétaires », indique le rapport.

Communiqué du Conseil d'Administration réuni le 29 septembre 2014

in A La Une/Economie/Tunisie by

Au début de ses travaux, le Conseil a passé en revue les données récentes sur l’évolution de la conjoncture économique internationale, dont les prévisions de la croissance publiées par l’O.C.D.E, faisant  état d’une poursuite de la reprise de l’économie mondiale à un rythme modéré, avec toutefois, une certaine atonie dans la Zone Euro où la situation nécessite la prise de nouvelles mesures afin de soutenir la demande intérieure et plus globalement l’activité économique.

Au plan national, le Conseil a examiné les derniers indicateurs économiques disponibles qui reflètent une bonne tenue de l’activité dans le secteur agricole avec une campagne oléicole qui s’annonce prometteuse, après la bonne performance de la saison céréalière (augmentation de la récolte de 80%) et ce, parallèlement à l’amélioration des recettes du secteur touristique au cours des mois d’août et de septembre. En revanche, la contraction de la production industrielle s’est poursuivie au cours du premier semestre de l’année en cours en rapport, surtout, avec le recul de la production dans les industries non manufacturières, et en particulier le secteur de l’énergie.

Dans ce contexte, les dernières prévisions font état d’une révision à la baisse du taux de la croissance économique attendue pour toute l’année 2014, de 2,3% à 2,4% contre 2,8% selon les prévisions antérieures, alors que ce taux devrait atteindre 3% l’année prochaine.

S’agissant du secteur extérieur, le Conseil a signalé la poursuite du dérapage du déficit de la balance courante (+34,8% ou 1.412 MDT) qui a atteint 5.470 MDT au cours des huit premiers mois de l’année 2014, ce qui représente 6,6% du PIB, contre 5,3% pour la même période de 2013 et ce, en raison de la hausse continue du déficit de la balance commerciale (+22,7% à fin août 2014) dépassant 9,4 milliards de dinars, suite au repli des exportations (-0,6%) et à l’augmentation des importations (+6,2%). Aussi, le Conseil a-t-il mis l’accent, plus particulièrement, sur l’aggravation continue du déficit de la balance énergétique (augmentation de 71%) qui a atteint sur les huit premiers mois de l’année en cours le même niveau enregistré pour toute l’année 2013, contribuant ainsi à plus de 60% dans l’élargissement du déficit commercial global. Par ailleurs, la mobilisation d’importants financements extérieurs a permis le maintien d’un niveau confortable de réserves en devises de 12.524 MDT ou l’équivalent de 110 jours d’importation,  en date du 26 septembre 2014, contre 103 jours à la même date de 2013.

Pour ce qui de l’évolution de l’inflation, le Conseil a constaté une certaine détente de l’évolution des prix, au mois d’août 2014, où le taux d’inflation a atteint 5,8% en glissement annuel contre 6% le mois précédent, en raison du ralentissement du rythme d’évolution des prix des produits manufacturés et des produits alimentaires, ce qui a permis d’atténuer l’effet de l’accélération des prix des services. Cette même tendance a concerné l’inflation sous-jacente (hors produits frais et encadrés) dont le taux est revenu à 5,8% contre 6,2% au mois de juillet.

Pour ce qui est de l’activité du secteur bancaire, le Conseil a noté la consolidation du rythme d’évolution de l’encours des dépôts durant les huit premiers mois de l’année courante (7% contre 3,7% une année auparavant), ayant concerné surtout les dépôts à terme et à un degré moindre les dépôts à vue. Egalement, les concours à l’économie ont enregistré la même tendance au cours de la même période (7,1% contre 4,1%), surtout pour les crédits à court terme.

Concernant les évolutions monétaires, le Conseil a constaté une poursuite de la baisse des besoins des banques en liquidité au cours du mois de septembre 2014, pour le troisième mois consécutif, ce qui a engendré une baisse du volume global de l’intervention de la BCT à 4.644 MDT en moyenne quotidienne, jusqu’au 26 du mois, (4.293 MDT le 26 septembre) contre 5.142 MDT au cours du mois d’août dernier.  Pour sa part, le taux d’intérêt moyen sur le marché monétaire a enregistré une quasi-stabilité, soit 4,93% au cours de la même période, contre 4,94% un mois plus tôt.

S’agissant du taux de change, le Conseil a signalé la hausse de la valeur du dinar par rapport à l’euro, au cours du mois de septembre, atteignant 2,2826 dinars pour 1 euro en date du 26 du mois, soit une augmentation de 0,5%. Par contre, le dinar a enregistré une baisse de 3,1% vis-à-vis du dollar, à la même date, pour s’établir à 1,7944 dinar. En comparaison avec le début de l’année, le dinar a enregistré, le 26 septembre, une dépréciation de 0,7% contre l’euro et de 8,2% par rapport au dollar.

Compte tenu de ces évolutions, le Conseil insiste, encore une fois, sur la gravité des risques qui pèsent sur les équilibres financiers globaux surtout au niveau du secteur extérieur, à travers le creusement continu du déficit commercial, surtout avec un repli des exportations qui pourrait s’accentuer au cours des prochains mois, en rapport notamment avec l’essoufflement probable de la reprise dans la Zone Euro, ce qui rend encore plus urgent l’accélération de la mise en place des mesures pratiques visant la rationalisation des importations, et a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale.

إعتقال 6 عناصر عناصر إرهابية تخطط لعمليات

in A La Une by

أعلنت وزارة الدّاخلية اليوم أنّ وحدات الإدارة العامة للمصالح المختصة للأمن الوطني تمكنت من القبض على ستة عناصر إرهابية بينهم ثلاثة عناصر من سوسة وآخران من المنستير وعنصر من القصرين، مبحوث عنهم من أجل التحضير والتخطيط لعمليات إرهابية

وأوضحت الوزارة في بلاغها أن العناصر الذين تم القبض عليهم مرتبطون بالمجموعة الإرهابية المتحصنة في جبل الشعانبي

بالأسماء قبول ملفات 27 من إجمالى 70 مرشحًا للانتخابات الرئاسية التونسية

in A La Une/élections 2014/Tunisie by

أكد رئيس الهيئة العليا للانتخابات شفيق صرصار اليوم الثلاثاء 30 ايلول 2014  انه تم قبول  27 مترشحا  من قائمة المترشحين  للانتخابات الرئاسية التونسية  ورُفض 41 ملفا من الترشحات في حين انسحب 2 من السباق نحو قصر قرطاج. و اضاف ان الهيئة تفسح المجال امام تقديم الطعون من طرف المترشحين الذين تم رفض ملفاتهم في اجل 48 يوما من تاريخ اعلامهم ويمكن ان تستمر الاجال الى 22 يوما في حال احيلت بعض الملفات على انظار القضاء

قائمة المرشحين للانتخابات الرئاسية التونسية تشمل الأسماء التالية

 الباجي قائد السبسي، عن حزب حركة نداء تونس

محمد الهاشمي الحامدي، عن إئتلاف تيار المحبة

العربي نصرة، عن حزب صوت شعب تونس
  نجيب الشابي، عن الحزب الجمهوري
  مصطفى كمال النابلي، مستقل
  حمة الهمامي، عن الجبهة الشعبية
سليم الرياحي، عن الاتحاد الوطني الحر
مصطفى بن جعفر، عن حزب التكتل الديمقراطي من أجل العمل والحريات
  نور الدين حشاد، مستقل
عبدالرؤوف العيادي، عن حركة وفاء
  علي الشورابي، مستقل
  محمد الحامدي، عن “التحالف الديمقراطي
عبدالرحيم الزواري، عن الحركة الدستورية
  محمد المنصف المرزوقي، الرئيس الشرفي لحزب المؤتمر من أجل الجمهورية
  عبدالقادر اللباوي، مستقل
  كلثوم كنو، مستقلة
  كمال مرجان، عن حزب المبادرة
محمد الفريخة، مستقل
  محمد المنذر الزنايدي، مستقل
  عبدالرزاق الكيلاني، مستقل
سمير العبدلي، مستقل
  ياسين الشنوفي، مستقل
  حمودة بن سلامة، مستقل
محمد مختار الماجري، مستقل
  أحمد الصافي سعيد، مستقل
  سالم الشايبي، رئيس حزب المؤتمر الشعبي

ABB décroche une commande de 200 millions de francs en Tunisie

in A La Une/Economie/Tunisie by

Le géant zurichois de l’électrotechnique va construire en Tunisie pour le compte du fournisseur d’énergie autrichien OMV une centrale de conditionnement de gaz.

ABB a décroché une grosse commande en Tunisie. Le géant zurichois de l’électrotechnique y construira pour le compte du fournisseur d’énergie autrichien OMV une centrale de conditionnement de gaz. Le contrat, qui se monte à 216 millions de dollars (205 millions de francs) a été comptabilisé au 3e trimestre.

L’installation commandée à ABB s’inscrit dans le cadre du projet de pipeline South Tunesian Gas Project (STGP) dans le sud de la Tunisie, annonce ce mardi 30 septembre le groupe établi à Zurich. Elle devrait entamer ses opérations à compter d’octobre 2016.

Pour ce projet, ABB a constitué un consortium avec la société canadienne Thermo Design Engineering. Le montant total du contrat se chiffre lui à 291 millions de dollars.

(ats/Newsnet)

Go to Top