L'actualité où vous êtes

Tag archive

BNA

Chaînes de Valeur Agricoles La BNA s’engage…

in A La Une/Economie/Tunisie by

Considération prise de tous les obstacles rencontrés par les petits agriculteurs pour le financement de leurs besoins d’exploitation et d’investissements, la BNA a mis en place une nouvelle approche de financement de proximité et d’accompagnement : Les Chaînes de Valeur Agricoles.

Le financement des Chaînes de Valeur Agricoles est assuré par Le Crédit Tripartite moyennant la conclusion d’une convention ou d’un contrat d’approvisionnement et de financement entre les trois acteurs de la Chaîne, à savoir :

  • La Banque Nationale Agricole (BNA) en tant qu’organisme de financement ;
  • L’Agro-Industriel en tant qu’acheteur des produits et des récoltes des agriculteurs ;
  • Les agriculteurs ayant un besoin de financement de leurs exploitations et/ou de leurs investissements.

Cette approche vise à faciliter l’accès de groupements de petits agriculteurs et de PME aux financements par leur intégration dans un processus de développement de diverses filières ; nous en citons l’huile d’olive, les fruits et légumes, les produits laitiers,…

L’expérience de la BNA avec La Centrale Laitière de Mahdia (CLM – VITALAIT) pour le développement des Chaînes de Valeurs Agricoles témoigne largement de la réussite de cette approche bien adaptée aux besoins des petits agriculteurs et valorise davantage le savoir-faire et l’expérience dont bénéficie la BNA.

la SIMPAR PARTICIPE AU SALON DE L’IMMOBILIER A DUBAI ET RENFORCE SA POSITION DE LEADER SUR LE MARCHE

in A La Une/Economie/Tunisie by
SIMPAR

Le salon tunisien de l’immobilier et financement  STIFAD 2017 s’est déroulé à l’hôtel CONRAD à Dubai du 17 au 19 mai 2017.

Le salon a attiré beaucoup de tunisiens résidents à Dubai et Abou Dhabi qui se sont déplacés à l’occasion, en vue de s’enquérir des offres présentées par les promoteurs immobiliers tunisiens afin de choisir le bien immobilier qui répond à leurs attentes.

Avec la dévaluation du dinar et la diversité de l’offre, plusieurs visiteurs ont manifesté leur intérêt pour investir dans l’immobilier en Tunisie.

Les participants étaient principalement des promoteurs immobiliers et quelques banques tunisiennes.

Parmi les participants,  la SIMPAR accompagnée de son principal actionnaire la BNA était au centre de ce salon. Ce couple a offert aux visiteurs des solutions clés en main : produit de qualité et financement adéquat en proposant des solutions immédiates de financement moyennant des simulations sur le tas.

La SIMPAR est à sa deuxième participation dans les pays du Golf  où réside une grande concentration de tunisiens à fort pouvoir d’achat travaillant dans divers secteur notamment dans le pétrole, le médical, l’enseignement, le sport ainsi  que l’audiovisuel.

La SIMPAR considère que la visite effectuée a été une réussite sur le plan de la notoriété et des contacts pris lors du salon en attendant de voir les clients potentiels à Tunis lors de la saison estivale.

Encore une fois, la société vient de confirmer sa démarche agressive et ambitieuse en renforçant sa position de leader sur le marché.

SIM2

البنك الوطني الفلاحي الزوجة أولا

in A La Une/CORRUPTION/Tunisie by

عمد اطار سام  بالبنك الوطني الفلاحي ومسؤول  بإدارة الدراسات والتمويل التابعة للإدارة المركزية للقروض الفلاحية.الى تمتيع  زوجته  بقرض عقاري لاقتناء ارض فلاحية بمرناق قيمته 100.000 دينار وذلك خلافا لكل الصيغ القانونية

وحسب ما ورد بعقد البيع فان مساحة الأرض 3 هكتارات  بقيمة  115.000 أي  أن قيمة الهكتار الواحد ب .39.000 د في حين بلغ التمويل الذاتي 15.000 د

وفق ما تقتضيه شروط مجلة الاستثمار التي تطالب المستثمر بتمويل ذاتي لا يقل عن ال 10 بالمائة من قيمة الاستثمار. علما بان قيمة القرض العقاري في ذلك التاريخ لا يجب ان يتجاوز ال100 ألف دينار

وهنا وجب التوقف عند هذه الصدفة التي جعلت من ثمن الأرض المتفق على اقتنائها لا تتجاوز ولا تقل عن شروط البنك

  • مبلغ المتعاقد عليه لشراء العقار 115.000 د.
  • التمويل الذاتي 15.000 ذ.
  • قيمة القرض 100.000 د

والأمر لا يتوقف عند الصدف بل يتعداه الى اعتداء صارخ على القانون أي القانون الداخلي للبنك ولمجلة الاستثمارات الفلاحية وعلى حساب صغار الفلاحين والمستثمرين الشبان في القطاع الفلاحي

لقد تمتعت الزوجة المذكورة أعلاه بقرض عقاري على موارد الدولة علما بأن الهدف الأساسي من تدخل الدولة في تمويل اقتناء الأراضي الفلاحية دعما منها للشباب العاطل ومن بين الشروط الأساسية للتمتع بهذه القروض هو عدم ممارسة المستثمر لاي عمل كان والتفرغ الكلي لادارة المشروع.

فهل احترم  مدير التمويل هذه القاعدة … لا فزوجته تشتغل مدرسة (الخرق الأول)

كما يجب التذكير بانه من بين الشروط الأساسية والتي لاتراجع فيها عدم التفويت في الأرض الممولة عن طريق القرض العقاري الممول على موارد الدولة.

لكن زوجة المسؤول  اقتنت العقار سنة 2003 وقامت ببيعه سنة 2010 أي قبل انتهاء موعد تسديد القرض ب 12 سنة (مدة استخلاص القرض 25 سنة) وهذا الخرق الثاني.

السيد المسؤول  يتدخل لزوجته  في وضح النهار ليمتعها  بقرض عقاري على أساس انها تلميذة حسب بطاقة التعريف ولم تطالب المصالح المختصة بتقديم ما يثبت تفرغها للمشروع.

كما تم تمكينها من بيع العقار موضوع القرض قبل الآجال المحددة للتسديد الكلي للقرض و المدير الزوج  يتدخل لدى مصالح وكالة النهوض بالاستثمار الفلاحي حتى لا تسحب جميع الامتيازات التي أسندت  للزوجة فالجدير بالذكر ان مصالح وكالة النهوض بالاستثمار الفلاحي  تتولى متابعة احترام الباعثين الشبان المتمتعين بقروض عقارية  للقوانين للمحافظة على موارد الدولة اذ انه في حال اكتشاف انهم يتمتعون  بشغل او وظيف  او فوتوا في أراضيهم الفلاحية تصدر في حقهم بطاقات في سحب الامتيازات المسندة اليهم

وبالتالي وتطبيقا لهذا كان المفروض على السيدة المحترمة  أولا تسديد القرض بفائض TMM+4

ثانيا ارجاع المنح التي تمتعت بها الى صندوق الدولة والتي بلغت قيمتها 15.670 د

لكن ما حدث هو الاتي

السيدة سددت القرض على أساس فائض 5 بالمئة فقط ولم ترجع منح الدولة.

وتتواصل مسيرة الخروقات اذ عمدت زوجة مدير التمويل والدراسات بالإدارة المركزية للقروض الفلاحية ببيع العقار المذكور أعلاه الى شخص اخر بمبلغ 350.000 د.

اما طريقة التمويل فكانت كالاتي 100.000 د تمويل ذاتي

250.000 د قرض مسند من قبل البنك الوطني الفلاحي موضوع عقد مسجل بقباضة مرناق بتاريخ 2010.01.18 اما نسبة الفائض فهي TMM+2.5

الجدير بالذكر ان البنك الوطني الفلاحي (الإدارة المركزية للقروض الفلاحية بالتحديد لا تسند مثل هذه القروض لاقتناء أراضي فلاحية وممولة على موارده الذاتية الا لحرفائها المخلصين والجادين في التعامل معها

فهل كان هذا الشاري  حريفا  مميزا؟

بالإضافة ان هذا الشاري تمتع بقروض أخرى لاقتناء الأرض المجاورة لزوجة المدير بقرض ثالث لتمويل FDR  أي المال المتداول-

واعترافا له بالجميل على اقتناء أرض الزوجة  من  قرض ب 560.000 د ممول على موارد البنك العمومية وبنسبة فائض تفاضلي

اما بالنسبة للسيد المسؤول فانه لم ينس نصيبه من الوليمة  فقد اشترى ارضا فلاحية بمنطقة الرقاب بتمويل ذاتي وانجز مشروعا فلاحيا بتمويل ذاتي بلغت كلفته دون اعتبار كلفة شراء الأرض 167.352 د مع تمتعه بامتياز مالي  من موارد الدولة بقيمة 36.064 د م

يحدث هذا في بنك عمومي استدعت أوضاعه المالية الى التفويت في حصصه في عدد من المؤسسات للمحافظة على توازناته المالية

فهل سيفتح هذا الملف الملئ بالخروقات ولعل أهمها استغلال النفوذ والتلاعب بالمال العام … ننتظر لنرى

BCT Evolution de la conjoncture économique (Année 2015)

in A La Une/Economie/Tunisie by

Lors de sa réunion mensuelle tenue le 27 janvier 2016, le Conseil a pris connaissance des principales évolutions de la conjoncture économique internationale et a passé en revue les principaux indicateurs économiques, monétaires et financiers, ainsi que les tendances récentes de l’économie au plan national. Egalement, le Conseil a fait le point sur l’évolution de l’activité du secteur bancaire, ainsi que les transactions et les interventions de la Banque Centrale sur le marché monétaire et sur le marché des changes.

En outre, le Conseil a discuté d’un ensemble de sujets afférents aux activités  de la Banque Centrale, dont notamment les nouvelles mesures prévues pour approfondir le marché des changes local et le développement des instruments de gestion des risques de change et de taux d’intérêt. Il a également examiné les procédures à mettre en œuvre concernant le renforcement de la supervision bancaire, compte tenu de l’avancement  du programme de restructuration  des banques publiques.

Après délibération, le Conseil a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale.

Télécharger la note de l’évolution de la conjoncture economique (année 2015).

source : BCT

les Adieux amères de JAAFAR KHATTECHE l’EX-PDG de la BNA

in A La Une/Economie/Tunisie by

Dans une scène très émouvante Jaafar Khatteche a quitté hier les couloirs de la BNA, il a essayé tout au long de son passage entre les bureaux de cacher ses sentiments de faiblesses, d’échec d’une gouvernance qu’il n’a pas méritée par compétence mais par un lien de parenté avec Mr BEN JAAFAR qui représente ETTAKATOL c-à-d dans le cadre d’un dispatching entre les membres de la troïka.

Hier, certains cadres de la banque n’ont pas épargné KHATECHE de lui avouer soit à travers des regards de mépris ou des siffles de haines que son héritage est très lourd voir boycottant tout tentative de restructuration.

Qu’elle audace pour un PDG qui n’a pas encore comprit les leçons et qui dans ces derniers souffles de rage signes ses conneries pour satisfaire ses clans qui n’ont jamais travaillé pour l’intérêt de la banque mais pour le séduire.

Bref….

« Si vous ne voulez pas qu’on vous oublie, le jour où vous serez mort et pourri, écrivez des choses qui valent la peine d’être lues ou faites des choses qui valent la peine d’être écrites. »  Benjamin Franklin

La BNA vend les bijoux de famille

in A La Une/Economie/Tunisie by

Seule des trois grandes banques détenues par l’Etat à ne pas avoir fait appel à des fonds publics pour assurer sa recapitalisation, la Banque nationale agricole (BNA) va devoir céder quelques-uns des joyaux de son portefeuille. Le groupe dirigé par Jaafar Khatteche doit lever entre 70 et 180 million D pour financer la mise en œuvre de son business plan, en cours d’achèvement. La BNA pourrait donc poursuivre son désengagement du brasseur SFBT (qui lui a déjà rapporté 80 millions D). L’autre actif stratégique de la banque est sa participation dans Air liquide Tunisie, valorisée à 30 millions D.

source : africaintelligence.fr

BNA KHATECHE, l’illusionniste, ridiculise encore ses partenaires…quelle audace!

in A La Une/Economie/Tunisie by

Dans le cadre de la transparence requise et avant l’ouverture de son AGO et AGE prévues pour le 31-10-2015, la BNA a pu enfin publier ses états financiers en affichant un résultat net après modification comptable de 50 818 MD soit une évolution de 254.2% par rapport à l’année 2013, un résultat jugé exceptionnel et extraordinaire face à une phase très difficile pour cette banque sur tous les plans et surtout face à un terrible moment de passation. On ne peut pas nuire à des états élaborés par des commissaires aux comptes de réputation, mais le choquant dans cette affaire les travaux d’audit et les réserves qui ont été soulevés par ces derniers qui touchent même la fiabilité et la validité de l’information.

  • Ceux qui relèvent de l’insuffisance du système comptable de la banque « absence d’une comptabilité multidevises », « l’indisponibilité d’un détail exhaustif des produits comptabilisés par client », « la BNA ne dispose pas d’une comptabilité régulière et exhaustive des engagements hors bilan » est ce que c’est l’image d’une banque à la taille de la BNA ? pauvre plan de restructuration quel travail vous attend…
  • Ceux qui relèvent de la gestion de la trésorerie de la banque » les risques encourus sur les Emplois des fonds budgétaires ne sont pas considérés lors de la détermination des provisions pour les créances douteuses ce qui pourrait minorer le montant des provisions sur engagements» et de desservir son système de sécurité.
  • Ceux qui apaisent sur son système de couverture des engagements « la banque maintient des garanties hypothécaires après leur extinction, pour la couverture comptable de certains engagements » une pratique qui fait fausser la valorisation des garanties retenues par la banque et nuire à son matelas de provisions.
  • Ceux qui « trahissent » la Banque Centrale de Tunisie par des fausses déclarations de ses engagements « les engagements de la BNA déclarés à la BCT base de calcul des provisions, sont supérieurs aux engagements inscrit aux états financiers »
  • Et même au niveau de la gestion de ses biens immobiliers « La BNA n’a pas procédé à l’inventaire physique exhaustif de ses immobilisations net » peut être c’est un choix stratégique de la banque de ne pas faire cet inventaire mais on s’attendait à ce que la valeur de ses biens connaisse un saut remarquable après la comptabilisation de l’achat du tour B ex-exploité par la BAD et dont le montant pèse et surtout ses commissions.

Certainement, qu’il existait un effet choquant qui a pu porter le Résultat Net de la Banque à de -32 962 MD à 50 818 MD face à une conjoncture difficile et peut être le secret du jonglage des chiffres au sein de la banque, mais il ne faut pas ignorer que plus du 1/5 de ses engagements soit 21 % sont des créances classées et que 37% de ces créances sont carbonisées et attendent des décisions rigoureuses pour les faire valoir.

C’est très beau d’admettre que la BNA a affiché un Résultat positif à l’ère de Mr KHATECHE surtout qu’il est en train de ranger ses affaires et de plier ses dossiers, mais il faut penser à un chiffre qui camoufle toute une politique de gouvernance.

Télécharger les états financiers consolidés de 2014 

Télécharger les états financiers individuels de 2014 

 

 

La gouvernance à la Banque Nationale Agricole (BNA)  le système mystérieux.

in A La Une/Economie/Tunisie by

La gouvernance à la BNA : c’est le secret et le sacret des recommandations de la mission de Full Audit pour sauver l’effondrement de tous les indicateurs financiers de cette banque, mais si on creuse un peu là ou il faut, la réponse serait simple puisque personne n’ignore que la BNA revienne à trois personnes « responsables » qui partagent de l’influence à travers tout le circuit. Trois « responsables » se voient propriétaires de la banque, la ferme du laisser aller et du refus de la réforme.

La première personne « responsable » détient la mise en place du fameux système d’information de la banque, ce bâton magique qui va amener la BNA à la planète des banques privées de la place. Un système qui a couté à la banque outre la patience de l’énergie des Millions de Dinars sans pour autant voir le jour. Un faux calcul qui a exigé à la banque un plan de restructuration rigoureux.
La deuxième personne « responsable » en train de confectionner des textes, des règles de gestion des sur mesures pour encadrer le travail de la banque selon bien sûre le degré d’importance qu’elle se voit sans pour autant oublier de se sympathiser au clan le plus proche.
La troisième personne « responsable » planifie la stratégie de la banque à travers la surveillance et la gestion de ses risques, pourtant elle n’a rien à voir ni avec le risque ni à avec sa gestion. Sa nomination n’a été que le fruit d’un lien de parenté avec Mr le PDG et n’a pu donner naissance qu’à un pouvoir de création des tensions avec le personnel d’un pouvoir de freinage du rythme décisionnel de la banque et même des retards qui lui incombent vis-à-vis des autorités de tutelle camouflés par le show d’une personne « responsable » qui n’arrive jamais à finaliser ses tâches, sans se demander ou sont les vrais compétences de la banque qui ont été à un moment donnée une source d’ »exportation » au profit des banques privées.

Si le Ministère a choisi belle et bien d’assainir la Banque Nationale Agricole (BNA) à travers le changement de son PDG et c’est la honte d’ailleurs pour lui de présenter sa candidature, elle devrait aller jusqu’à la fin de la chaîne pour miser sur les compétences réelles de la banque et rendre le business plan attendu concevable et réalisable.

Les patrons du trio infernal STB-BH-BNA maintenus ?

in A La Une/Economie/Tunisie by

Le ministre des finances, Slim Chaker, vient de changer son fusil d’épaule dans le dossier du sauvetage de la Société tunisienne de banque (STB), de la Banque de l’habitat (BH) et de la Banque nationale agricole (BNA). Après avoir humilié les PDG de ces trois établissements étatiques en confiant au cabinet de recrutement WorkoSolutions un appel public à candidatures pour leur remplacement, il vient de les autoriser à concourir à leur propre succession. Ce qu’Abdelwaheb Nachi (STB), Ahmed Rjiba (BH) et Jaafar Khatteche (BNA) n’ont pas manqué de faire, ajoutant leurs CV au millier de candidatures reçues, dont une cinquantaine auraient été short-listées. Théoriquement, le ministère des finances et la Banque centrale de Tunisie (BCT) doivent faire leur choix d’ici le 31 octobre.

Pourtant, ces postes n’ont rien d’une sinécure. La recapitalisation de la STB a eu pour effet de renforcer la présence de l’Etat à son capital (MC nº1171), ce qui compliquera la recherche d’un « partenaire stratégique » privé. Et les trois banques sont toujours plombées par des milliards d’euros de créances irrécouvrables, qui font placer la menace d’une faillite systémique.

Pour ne rien arranger, l’Assemblée des représentants du peuple revendique un rôle de surveillance accru (MC nº1147).

source : africaintelligence

BNA Les auditeurs exigent une garantie de l'Etat tunisien

in A La Une/Economie by

A l’occasion de la tenue de l’AGO de la Banque nationale agricole (BNA), son président directeur général, Jaâfar Khattéche, a annoncé que la divulgation des résultats de l’audit complet de la banque est tributaire de l’octroi d’une garantie de la part de l’Etat tunisien relative aux engagements pris par la BNA au profit des entreprises publiques dont principalement l’office des céréales. Selon lui, l’opération sera clôturée au plus tard fin septembre.

Le PDG a par ailleurs annoncé que l’Etat ne compte pas céder ses parts dans le capital des banques publiques aux investisseurs étrangers.

ilboursa.com

Go to Top