AccueilاقتصادLe FMI Annonce un Accord au niveau du Staff avec la Tunisie...

Le FMI Annonce un Accord au niveau du Staff avec la Tunisie sur la Quatrième Revue de l'Accord de Confirmation

Communiqué de presse No. 14/348
Le 16 juillet 2014

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Amine Mati a séjourné à Tunis du 10 au 24 juin 2014 pour mener à bien les entretiens relatifs à la quatrième revue du programme économique de la Tunisie appuyé par un accord de confirmation de 24 mois approuvé en faveur de la Tunisie par le Conseil d’administration du FMI le 7 juin 2013 (voir communiqué de presse No. 13/202). La mission a eu des échanges fructueux avec plusieurs hauts responsables du gouvernement et de la banque centrale. Elle s’est également entretenue avec des représentants du secteur bancaire, du secteur privé, des syndicats, du parlement, de la communauté des bailleurs de fonds, et de la société civile.
Au terme des entretiens, M. Mati a rendu publique la déclaration suivante
«La mission salue les progrès réalisés dans la mise en œuvre des politiques destinées à préserver la stabilité macroéconomique et à promouvoir une croissance plus forte et plus inclusive dans une conjoncture nationale et internationale délicate. Au vu de ces progrès, les services du FMI ont trouvé un accord avec les autorités tunisiennes sur la quatrième revue du programme économique du gouvernement appuyé par un accord de confirmation, conformément aux détails contenus dans la mise à jour du Mémorandum de politiques économiques et financières.
«L’annonce d’échéances claires pour les élections législatives et présidentielles prévues avant la fin 2014 représente un jalon fondamental dans la transition démocratique de la Tunisie. Cette plus grande clarté au niveau politique sera un atout de confiance dans l’économie tunisienne et diminuera l’attentisme des investisseurs. La situation économique reste cependant fragile et le niveau de croissance est insuffisant pour réduire sensiblement le chômage, notamment chez les jeunes.
«L’activité économique reste modeste. Les estimations de croissance pour 2013 ont été revues à la baisse à 2,3 % et le taux se situera à 2,8 % en 2014, le bon comportement de l’agriculture contribuant à compenser une activité plus faible que prévue dans le secteur touristique. Après avoir diminué à 5 % à fin mars, l’inflation globale s’inscrit en hausse et son taux a atteint 5,7 % à la fin juin 2014, principalement sous l’effet du renchérissement des denrées alimentaires. Les déséquilibres extérieurs se sont creusés, d’où des tensions sur les réserves internationales brutes et le taux de change, ce dernier s’étant déprécié.
«Le programme de réforme des autorités reste en ligne avec l’orientation prévue, tous les critères de réalisation quantitatifs à fin mars ayant été réalisés et les critères à fin juin l’ayant été en principe. Les plafonds indicatifs sur les dépenses sociales et les dépenses primaires courantes ont été observés en dépit d’un certain dépassement dans les salaires.
«Les résultats budgétaires ont été meilleurs que prévu durant les cinq premiers mois de l’année, grâce à une considérable mobilisation des recettes. Les montants additionnels de salaires et de transferts au titre des pensions ont pesé sur l’objectif fixé pour la fin de l’exercice, mais les mesures additionnelles de mobilisation de recettes et les économies en matière de dépenses permettent de maintenir l’objectif de consolidation budgétaire. Il y a lieu de saluer les efforts engagés pour réduire les subventions énergétiques, initiative nécessaire pour réduire la consommation de produits énergétiques et pour dégager une marge de manœuvre budgétaire en faveur des dépenses prioritaires de santé et d’éducation. La mission a salué les mesures adoptées pour combattre la fraude fiscale, simplifier le système d’imposition forfaitaire, moderniser l’administration fiscale et renforcer le cadre de suivi et de gouvernance des entreprises publiques.
«La mission a salué la décision de la Banque centrale de Tunisie d’accroître le taux directeur au vu d’éventuelles tensions inflationnistes pouvant découler des récentes augmentations du salaire minimum, du relèvement des tarifs de l’électricité et de la dépréciation du taux de change. La mission note que les autorités se tiennent prêtes à accroître davantage ce taux s’il se produit une forte poussée de l’inflation sous-jacente ou si les tensions de dépréciation persistent sur le taux de change. La mission engage les autorités à continuer de reconstituer les réserves internationales, y compris par davantage de flexibilité du taux de change.
«D’importantes mesures ont été adoptées pour renforcer le programme de réforme du gouvernement, notamment dans le secteur bancaire. Une stratégie bancaire a été élaborée, des plans de restructuration des banques publiques sont en train d’être parachevés conformément aux meilleures pratiques internationales, et les travaux en vue de la création d’une société de gestion d’actifs avancent. Pour réduire les facteurs de vulnérabilité de l’économie tunisienne et promouvoir une croissance plus inclusive il faudra aussi rapidement mettre en œuvre les réformes structurelles, et notamment offrir une égalité des chances aux investisseurs et adopter sans tarder les lois sur les entreprises en difficulté, la concurrence et les partenariats public-privé.
«La protection des couches de population les plus vulnérables contre l’impact des réformes et du rééquilibrage budgétaire reste une priorité pour les autorités tunisiennes et le FMI. Dans cette perspective, les autorités ont mis en place un programme pour venir en aide aux ménages démunis comme accompagnement à la réforme des subventions énergétiques, et ont procédé à l’augmentation du salaire minimum, et elles sont sur le point d’achever les travaux sur l’identifiant social unique qui permettra d’améliorer le mécanisme de ciblage existant.
«La mission remercie les autorités et ses différents interlocuteurs pour l’accueil chaleureux et des entretiens francs et fructueux.
«Le Conseil d’administration du FMI prévoit en principe l’examen de la quatrième revue de l’accord de confirmation en faveur de la Tunisie à la fin août 2014. La conclusion de cette revue permettrait un décaissement de 143,3 millions de DTS (soit environ 220 millions de dollars EU) ».
source : FMI

Jamel Arfaoui
Présentation
مقالات ذات صلة
- Advertisment -

الأكثر شهرة