L'actualité où vous êtes

Béatrice Guérin-Coutansais et Jean-Marc Sala, conseiller dans l'Indre. - (Photo NR, Patrick Gaïda)

EXPORT Béatrice Guérin-Coutansais, directrice de CCI International Centre « Il n’y a pas de demande pour la Tunisie »

in A La Une/La Revue Medias/Tunisie by

Pour Béatrice Guérin-Coutansais, directrice de CCI International Centre, l’Indre n’a pas à rougir de sa position. Elle invite les candidats à se faire connaître.

L‘export n’est pas forcément très compliqué mais cela demande du temps et un suivi. Directrice de CCI international Centre, Béatrice Guérin-Coutansais définit sa mission : « Nous sommes dix personnes, dont Jean-Marc Sala, conseiller à l’international pour l’Indre. Notre objectif est d’aider les chefs d’entreprises à avoir une stratégie ».

Vendre quoi où et combien ça coûte ?

Elle dresse une rapide photographie : « On compte 2.420 exportateurs en région Centre, 200 dans l’Indre qui dispose de belles entreprises et qui s’en sort mieux que d’autres départements. Nous considérons que l’on pourrait en accompagner 1.800 mais 900 entreprises franchissent notre porte chaque année et 350 bénéficient d’un accompagnement personnalisé ».
Pour quels marchés ? « A 65 %, c’est l’Europe, ensuite les États-Unis, notamment pour l’Indre, puis le Maghreb et les Émirats arabes, très demandés sur notre salon Odyssée qui a lieu tous les deux ans, à Orléans, détaille Béatrice Guérin-Coutansais. L’Iran est en train de démarrer mais il y a des précautions à prendre, notamment pour les paiements. C’est plutôt réservé aux entreprises expérimentées. » La situation au Proche-Orient ferme bien des perspectives d’export. « Le Maghreb souffre aussi d’une instabilité géopolitique. Il n’y a pas de demande pour l’Égypte et la Tunisie, c’est compliqué et c’est dommage. Le Maroc est le plus sollicité et on s’oriente aussi vers l’Algérie », indique la directrice.
Pour Béatrice Guérin-Coutansais, l’export répond à des questions simples : « On exporte quoi, où, que doit-on faire et combien cela va nous coûter ». En cas d’interrogations, de doutes, elle invite les chefs d’entreprises « à appeler Jean-Marc Sala qui fera appel au réseau CCI International et on peut bénéficier d’un accompagnement financier si l’on décide de se lancer dans l’export ». La directrice l’observe : « 40 % des entrepreneurs qui exportent estiment que c’est bénéfique pour la croissance de leur entreprise ».

[email protected]

Jacky Courtin
source : la nouvelle république

Latest from A La Une

Go to Top