L'actualité où vous êtes

Le retour définitif de la Banque africaine à Abidjan

in Economie/International/La Revue Medias by

Onze ans après avoir été forcé à un repli provisoire hors de Côte d’Ivoire par la force des évènements, la Banque Africaine de Développement est de retour.   Quelque 2000 employés, soit 7 000 personnes, ont changé de domicile. Focus. 
Le président de la Banque Africaine de Développement a foulé le tarmac de l’aéroport d’Abidjan mardi 12 août, marquant le retour de l’institution financière dans ses bureaux statuaires.  «Nous sommes chez nous au siège de la BAD», a déclaré  le rwandais Kaberuka accueilli  à son arrivée par le ministre d’Etat, ministre du Plan, Albert Mabri Toikeusse, le ministre des affaires étrangères, Charles Koffi Diby et le ministre des infrastructures économiques, Patrick Achi. Plusieurs administrateurs de l’institution étaient du voyage.

Le défi aura été technique, logistique, financier et communicationnel. En effet, comme l’a souvent rappelé Donald Kaberuka lui-même, ce n’est pas la même institution qui revient dans la capitale ivoirienne, 11 ans après avoir été forcée à déménager dans son siège de repli en Tunisie.  Plus de 70% du personnel a été recruté à Tunis.   Avec des effectifs deux fois et demi plus importants, il fallait d’abord loger la BAD.

 Sur ce point, les autorités ivoiriennes n’ont pas lésiné sur les moyens. Dès octobre 2013, le ministre de l’Intérieur, Ahmed Bakayoko a remis officiellement les clés de  l’immeuble  de l’ex Centre de Commerce International d’Abidjan (CCIA), situé au cœur du Plateau, le  quartier des affaires,  à la banque panafricaine. Bâtie sur une superficie de 12 000 mètres carrés et haut de 94 m, cet immeuble de 28 niveaux dont 26 étages de bureaux, trois sous –sols, un parking de 650 places de parking, un auditorium de 350 places a été rénové pour un coût de 33,7 milliards de francs CFA, soit 51, 4 millions d’euros.

 De plus, la Côte d’Ivoire a gratuitement accordé à la BAD  un terrain pour la construction du futur siège qui  sera prêt en fin d’année. Mais compte tenu de l’importance des effectifs, deux à trois étages seront conservés au CCIA. Le prochain conseil d’administration, prévu le 8 septembre prochain, reviendra certainement sur la question.

La BAD qui célèbre son cinquantenaire en cette année 2014, à Abidjan, aura réussi l’une des opérations les plus complexes d’une institution de développement. Faire déménager plus de 2000 personnes et leurs familles  (7 000 personnes) sans entraver ses activités et en tenant coûte que coûte aux respects des délais fixés rappelons-le, par la feuille de route adoptée lors des Assemblées annuelles de Marrakech en 2013.   Il a fallu régler les grands et les petits détails, explique-t-on au sein de l’institution.  Une prouesse à mettre dans le compte du leadership de Donald Kabeuka qui n’a pas hésité à couper des têtes quand c’est nécessaire, remplaçant au pied levé certains cadres chargés de l’opération retour.

Quant à Tunis, qui a logé l’institution pendant 11 ans, elle hérite d’un bureau régional couvrant l’Afrique du Nord ainsi que d’un data center et un centre de conservation des archives de la BAD.

 

source : financialAfrik

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Latest from Economie

Go to Top